Le bruit dans la Formule 1

30/11/2020 | Antoine Deman

     Les moteurs qui rugissent, les cris des pneus tapant sur le macadam, des accélérations qui laissent le spectateur comme figé dans le temps. Si palpitantes soient-elles, les courses de formule 1 peuvent révéler de véritables problèmes sur la santé de ses spectateurs, notamment dû à l’importante exposition au bruit. Ce qui nous amène à nous demander quelles sont les dangers et conséquences d’une telle exposition au bruit et comment ce sport tente-t-il d’y faire face ?

 

Des supporteurs toujours plus exposés au danger ?

Les passionnés de formule 1 se regroupent régulièrement lors de grands prix, afin d’assister aux courses trépidantes et de supporter leur écurie favorite. Mais ce n’est malheureusement pas sans risque, loin de là même. Lors des accélérations, le spectateur peut être exposé à plus de 120 décibels, et ce pendant l’intégralité de la durée de l’événement, soit toute la journée voire même plusieurs jours. En effet les tribunes étant situées tout de même proche de la piste et bien souvent autour d’une ligne droite, l’exposition au bruit des supporteurs est très importante. Le bruit engendré par une formule 1, tourne souvent entre 120 et 145 décibels ce qui se révèle très dangereux pour notre système auditif. Pour donner un ordre d’idée, cela équivaut à un son 86 fois supérieurs aux seuils quotidiens recommandés.

 

Quelles sont les dangers ?

Le bruit produit par une formule 1 peut être équivalent à celui d’un avion au décollage. Le niveau sonore peut aller jusqu’à 145 dB pour les anciens moteurs, et 134 dB pour les nouveaux moteurs. Un tel niveau sonore, supérieur à 120 dB, peut provoquer des conséquences auditives très graves et même irréversibles. Cela peut aller jusqu’à engendrer une perforation du tympan, et donc par la suite une surdité partielle voire totale. Le bruit d’une formule 1 peut également provoquer des dégâts, certes moins résolutoires qu’au niveau des tympans mais pas moins importants, notamment au niveau de l’oreille interne. Plus précisément auprès des cellules ciliées, où une détérioration à leurs niveaux sera irréversible, car les cellules ciliées ne sont pas régénératrices. Ces dégâts conduisent à un traumatisme sonore, une perte d’audition, des acouphènes (sifflements, bourdonnements d’oreilles), et de l’hyperacousie (le fait de percevoir les sons plus forts qu’ils ne le sont vraiment). Pour contrer ces conséquences, il existe différents moyens de protection sonore comme les bouchons d’oreilles ou encore les casques antibruit. 

 

Les courses de Formule 1 contraintent à s’adapter ?

 

Le bruit très important engendré par ces fascinantes machines à gagner, se révèle très dangereux pour l’être humain, avec des niveaux sonores nettement supérieurs au seuil maximal recommandé. Ce qui a contraint les courses de formule 1 à s’adapter, afin de protéger au maximum les coureurs, staffs, et public de ce danger sonore bien réel. Un exemple de mesure qui ont été prise : à présent lors des grands prix le staffs distribuent aux spectateurs des bouchons d’oreilles gratuitement, libre à eux maintenant de les mettre ou non. En tout cas on vous aura prévenu ! Les oreilles ne sont pas des jouets, prenez soin d’elles. 

 

Auteur :  Antoine Deman 

Rejoignez moi sur ma chaine YouTube pour y suivre mes futurs aventures.

https://www.youtube.com/channel/UCG9cj5en6OyK_4QMFgMrWNA?view_as=subscriber

 

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Bonjour et bienvenu sur esprit sorcier. Antoine Deman, lycéen, est auteur chez Esprit Sorcier et pour son site personnel Scienclima. Il écrit des articles de sciences pour ses derniers mais est également passionné d'histoire et d'aventure. Ce qui vous fera partager sur sa chaine YouTube intitulée de son nom : Antoine Deman. Vous retrouverez le lien à la fin de chaque article.